Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2020

Le franglais tel qu'on le parle

Lu dans LinkedIn, sous la plume de M. Morisson, ce chef d’œuvre de langue moderne : « Hier s'est tenu notre évènement autour de l'IA et du recrutement (...) Nous avons eu l'occasion d'aborder la question du matching Learning, de l'analyse des micro-expression (sic) du Language ou encore de la manière dont les entreprises pouvaient penser à leur organisation via le monitoring de compétences. Pour l'instant l'IA n'est pas parfaitement au points (sic) (comme le souligne Jean-Christophe, il n'y a qu'à observer les annonces que push Linkedin pour s'en apercevoir). Mais encore combien de temps avant que les choses évoluent ? Marianne soulignait à juste titre que la data avait bousculé la méthode de chasse de tête (sic). Désormais, plus de papier tout est sur internet. Jamais le personnel branding n'a été aussi important ».

No comment, guys.

28/03/2020

Les mots du corona IV

Si ce n’était pas si triste, on en rirait à gorge déployée !

Car l’épidémie de Covid-19 contamine le vocabulaire quotidien dans des proportions qui confinent (!) à l’absurde.

Il y a la langue embarrassée des politiques : Mme Ndiaye nous parle « en bon père de famille » (où est passée l’écriture inclusive ? Terrassée par le peu de gel hydro-alcoolique qui traîne ?). À propos d’écriture inclusive, voici une relance d’une Grande École parisienne à ses étudiants : « Message aux diplômé-e-s : vous avez été sollicité-e-s pour répondre à une enquête, etc. ». Le rédacteur englobe, non seulement le féminin et le masculin, mais aussi le singulier et le pluriel, puisque, s’adressant à chaque étudiant, il aurait pu se contenter d’écrire « vous avez été sollicité-e ».

M. Édouard Philippe a décidé que les marchés ouverts seront fermés… Et il use et abuse de l’expression « les Outremers ».

Dans la même veine, la piscine d’une ville de banlieue parisienne a affiché : « Fermée pour cause de fermeture » !

Un chroniqueur de Cnews, le 25 mars 2020, vers 19 h 40, a déclaré que les mesures avaient été prises « un peu hard ». Comme un confrère lui soufflait l’expression bien connue « à la hussarde », il a bredouillé « merci, je cherchais le mot ». Si c’est du snobisme, c’est ridicule (qu’il ne croie surtout pas que cela épate la France des ronds-points!), si c’est réel, alors c’est grave pour notre langue (et pour l’élite qui l’oublie). Quelques minutes plus tard, sur la même chaîne, quelqu’un soulignait la transition vers le sujet suivant en s’esclaffant : « quel teasing ! ».

Et c’est comme cela tous les jours que Dieu fait...

23/03/2020

Les mots du corona III

Il y a ceux qu'aucun événement ne semble pouvoir faire changer : Nicolas Demorand sur France Inter, par exemple, qui continue à utiliser podcast et podcaster, alors même que l'on ne sait plus très bien ce qu'était un "pod". C'est un défi à René Étiemble !

Et les innombrables "posts" des réseaux sociaux qui usent et abusent du franglais : "délivrer le service" et "assurer le support" par exemple sur LinkedIn...

Sur les chaînes d'information en continu, les spécialistes du monde médical se succèdent, parlent et répondent aux questions inquiètes des journalistes. Un professeur de virologie se présente comme appartenant à "Sorbonne Université", alors que l'Université de la Sorbonne est connue et renommée sous ce nom depuis le Moyen-Âge ! (Cnews, 14 mars 2020).

En passant, un mea culpa : j'ai fait la guerre au mot "drastique" que je croyais franglais et que je remplaçais mentalement par "draconien"... À tort ! Car "drastique" vient du grec drastikos, qui signifie énergique. Mon petit Larousse illustré de 1991 en donne la définition suivante : très rigoureux, draconien (sic !). Et pour "draconien", il dit : du grec Dracon, législateur, d'une rigueur excessive. Donc si l'on suit le Larousse, les mesures de confinement seraient "draconiennes" car imposée par une autorité légale, tandis que, pour économiser la nourriture, on s'imposerait un régime drastique ?

Dans les médias, il y a aussi les inévitables bien-pensants et tourneurs autour du pot. Par exemple, sur Cnews encore, le 14 mars 2020, Mme Najeate Belahcen, qui nous parle de "personnes allophones", pour ne pas prononcer le mot "étrangers" (peur panique de stigmatiser, sans doute) et "d'enfants en situation de handicap" pour ne pas dire "handicapés", "autistes" ou autres, ce qui serait plus clair.

Ah, j'oubliais : "allophone" désigne ceux dont la langue maternelle n'est pas le français (on en entend beaucoup dans le Transilien, en particulier, qui sont au téléphone et que l'on ne comprend pas).