Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2017

Retour en France : le château de Saint Saturnin

De même que la littérature, les belles demeures et les châteaux font partie de notre patrimoine, et doivent être bien sûr visités et célébrés mais aussi préservés, voire sauvés des outrages du temps et des hommes. 

Vous venez de dépasser Clermont-Ferrand sur l’autoroute A75, direction Montpellier – c’est souvent la route des vacances – et, sur la droite, vous apercevez la sortie 5 (Aydat). Prenez-la et suivez les pancartes Saint-Amant Tallende ; vous allez vite arriver à Saint Saturnin (attention aux GPS : il y a 13 Saint Saturnin en France métropolitaine) ; traversez le village en ayant un œil sur votre gauche…

Tout à coup, une rue à gauche, en épingle à cheveux et à cet embranchement, un long mur et un portail ; garez-vous prudemment, à l’envers, dans cette fausse impasse et regardez. 

IMG_6195.jpgDevant vous se dresse un imposant et magnifique château du XIIIème siècle, le château de Saint Saturnin, et sur sa gauche, l’église du village.

 

IMG_6139.jpg 

Ce château-fort doté d'un corps de logis fut construit au XIIIème siècle par la famille de la Tour d'Auvergne. Ses agrandissements et embellissements successifs, et la création de jardins aux XVIème et XVIIème siècles aujourd’hui restaurés en font une demeure seigneuriale imposante et élégante.

Les propriétaires actuels, Emmanuel et Christine Pénicaud, se sont lancés il y a dix ans dans le projet fou de redonner vie au château et de le restaurer progressivement, en s’appuyant sur la dynamique opérée depuis 1987 par leurs prédécesseurs et dans le cadre d’une « gestion désintéressée ». Il est touchant de les entendre dire que « leur vie n'y suffira pas... » ; ils se placent en continuateurs, en acteurs éclairés et en transmetteurs.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter leur superbe site internet http://www.chateaudesaintsaturnin.com/fr/chateau-saint-sa... et regarder l’émission « Des racines et des ailes » diffusée en octobre 2016 par France Télévisions. 

Aujourd’hui, l’étape à franchir est le sauvetage de la Tour des Reines qui se meurt peu à peu depuis le démontage par Richelieu en 1633, de son couronnement et de sa terrasse (cerclée sur la photo ci-dessous).

Château de St Saturnin.jpg 

Le couronnement crénelé – 2,20 m de haut et 40 cm d'épaisseur sur 43 mètres de circonférence –, a disparu ! La terrasse d'origine aussi ! La sortie de l'escalier des gardes a été modifiée. La corniche est toute déchaussée et il n'y a plus de fenêtre à la chambre de la Reine Margot ! 

La réduction progressive des subventions et l'ampleur de ce chantier estimé à 354000 €, les amènent à lancer aujourd'hui, pour la première fois, une campagne de financement participatif.

Alors, une fois n’est pas coutume dans ce blogue, voici une réclame pour cette initiative culturelle, patrimoniale et désintéressée, sous forme d’un lien avec le site

Financement participatif Saint Saturnin

dans lequel on peut contribuer à sauver la Tour des Reines.

Et pour mes lecteurs hors de métropole maintenant, n’hésitez pas à venir voir le château lors de votre prochain séjour en France, à le visiter et, pourquoi pas à y passer une nuit – une nuit de l’ancien temps avec tout le confort d’aujourd’hui.

16/02/2017

Encore plus de publicité à la télévision ? Merci Bruxelles !

Il est fascinant – et effrayant – de voir comment une doxa économique mise au point (ou remise au goût du jour) dans les années 60, à savoir l’ultra-libéralisme, peut prospérer et continuer à envahir irrésistiblement notre cadre de vie et à modifier nos modes de vie, des dizaines d’années plus tard. Il est vrai que ce phénomène n’existe que parce que quelques milliers de personnes à travers le monde – soubresauts ou non, crises ou non, catastrophes écologiques ou non – l’entretiennent avec foi et fougue, la Commission européenne sise à Bruxelles n’étant pas la dernière militante envoûtée…

Il est probable que Milton Friedmann et son École de Chicago n’ont jamais envisagé un tel succès dans l’espace et dans le temps, qui s’apparente à une victoire « par KO » sur toute autre approche socio-économique (protection à la Bismarck en Allemagne, Conseil national de la résistance en France, État-providence, New Deal aux États-Unis, welfare state en Grande-Bretagne, etc.) depuis la chute du Mur de Berlin.

Il n’est que de lire, pourtant, le livre de Naomi Klein « La stratégie du choc – la montée d’un capitalisme du désastre » (2007) pour comprendre les dégâts à travers le monde, de ce mode d’organisation qui s’apparente à la liberté du renard dans le poulailler. On sort sonné de la lecture de cette volumineuse enquête peu citée, et pour cause… 

Télévision.jpgTrêve de généralités, venons-en aux faits, relatés dans Les Échos du 13 février 2017, sous la plume de Derek Perrotte.

La Commission européenne a proposé l’an dernier, dans le cadre de la révision de la directive sur les services de médias audiovisuels, un texte sur la publicité à la télévision qui est en cours d’examen au Parlement.

Que prévoit ce texte ?

Ni plus ni moins que de remplacer le plafond actuel de douze minutes de publicité par heure, par un plafond de 20 % du temps total d’antenne entre 7 h et 23 h (vous aurez compris la plage : 7 h, vous vous levez et allumez la télé ; 23 h, vous éteignez la télé et vous vous couchez ; vous êtes cernés). 

Vous vous rendez compte ? Le plafond actuel est déjà énorme ! Douze minutes (neuf minutes en France pour les chaînes de la TNT) de millions de cerveaux disponibles chaque heure qui passe, disponibles pour absorber en vrac belles filles dans belles voitures, belles filles avec beaux flacons de parfum, nourriture pour chiens et chats, nettoyants divers pour lieux d’aisance, pizzas et sandwichs américains dégoulinants de sauce, protections diverses pour bébés et jeunes femmes dans le vent, etc. 

Comme vous savez compter, vous avez vu que le pourcentage (12/60=1/5=20 %) resterait le même mais qu’au lieu de s’appliquer à chaque heure que Dieu fait, il s’appliquerait à l’avenir à toute la période de consommation quotidienne potentielle. Pour ceux qui ont fait des « mathématiques spéciales », c’est un peu la même chose que la convergence simple et la convergence absolue…

L’idée, l’astuce ou l’entourloupe (rayer les mentions inutiles) est que dans le nouveau système, les chaînes de télé pourraient concentrer la pub aux heures de forte audience et ainsi en tirer plus de revenus. C’est ce que le Commissaire européen appelle « améliorer la compétitivité ». Compétitivité de qui, de quoi ?

Eh bien des chaînes ! Plus de pub vendue plus cher par les chaînes aux annonceurs, c’est plus de rentrées d’argent pour les chaînes, au détriment des pauvres téléspectateurs-consommateurs-vaches à lait, littéralement abasourdis par les tombereaux de spots débiles qui leur tomberont dessus entre la poire et le fromage et avant chaque émission.

Publicité femme allo,gée.jpg

Comble de la débilité, l’un des objectifs affichés serait qu’elles « comblent une partie de leur retard sur les chaînes américaines, qui diffusent elles jusqu’à 20 minutes de pub par heure » ! Ainsi donc, voilà bien l’objectif que l’on nous assigne : faire aussi bien que les Américains dans ce qu’ils ont de plus contestable et de plus insupportable (la société du hamburger, du ketchup et du pop-corn, vautrée devant un écran débitant des sornettes et des blagues à deux balles). 

Année après année, la Commission européenne persiste à nous ultra-libéraliser à la mode anglo-saxonne (dorénavant sans les Anglais…) et signe. Il y a quelques mois, elle avait par exemple failli couler le camembert authentique de Normandie… Vous imaginez, vous, le camembert coulant ? 

Ce n’est pas tout pour la pub à la télé. Il s’agirait de ramener de 30 à 20 minutes le délai minimal entre deux coupures publicitaires des films, téléfilms et programmes d’information. Il s’agirait aussi de faciliter le recours au « placement de produit » (vous savez, le héros de votre feuilleton préféré qui boit du soda X, porte des lunettes Y et s’habille en Z, et le fait savoir bien haut) et au « parrainage de programmes » (vous savez, ces pubs hors coupure publicitaire qui s’amoncellent juste avant le début de votre émission préférée).

Selon l’étude d’impact de la Commission (payée par nous, évidemment), cette réforme gonflerait de 2 à 15 % les recettes des radiodiffuseurs. 

Et tout cela, cette réforme comme toutes les autres qui vont dans le même sens, pour quoi ? Pour une meilleure santé, pour le progrès du savoir, pour l’enrichissement culturel, pour plus de confort, pour une vie meilleure en bref ? Pas du tout ! Pour et uniquement pour augmenter les recettes des entreprises du fameux « paysage audiovisuel ». Dont elles feront quoi ? On n’en sait rien. Financer plus de création européenne ? Financer plus d’enquêtes sur les scandales à répétition ? Sans doute pas…

Naturellement, l’équation est faussée à la base puisque regarder des programmes ne coûte quasiment rien au téléspectateur, mis à part l’achat de son téléviseur et la redevance annuelle. Faisons un petit calcul, en laissant de côté l’information qui, elle aussi, est quasiment gratuite sur internet. Soit une famille de quatre personnes qui devrait, en l’absence de télévision, aller au cinéma chaque soir et au spectacle chaque mois. Il lui en coûterait par mois : 9 € x 4 x 30 + 70 € x 4 = 1360 €, soit 16320 € par an.

Au lieu de cela, la petite famille passe chaque jour de l’année, en moyenne, quatre heures devant la télévision pour 400 € / 365 = 1,1 € pour quatre personnes, soit 6,8 centimes par heure par personne. Ça ne peut pas coller. Qui va payer la différence ? Les fabricants en payant la pub et en se remboursant avec le prix de leurs produits, et, au bout de la chaîne, c’est le cas de le dire, le téléspectateur en acceptant de s’abrutir. 

Publicité laver son cerveau.jpgL’affaire est-elle classée ? Non, pas tout à fait car même à Bruxelles on connaît la courbe en cloche. Si l’on sature de publicité les heures de pointe, on affaiblira l’incidence des publicités (le mieux est l’ennemi du bien, trop d’impôt tue l’impôt, etc.). Ainsi donc, ce n’est pas l’inconfort ou la saturation du téléspectateur qui préoccupe les services bruxellois mais bien l’efficacité du dispositif sur le temps de cerveau disponible ! Ce qui n’empêche pas la commission du marché intérieur d’ajouter que cet affaiblissement serait « au détriment des consommateurs » ! Autre frein au délire publicitaire, l’essor de la télévision à la demande (et là on retrouve notre équation, parce que le téléspectateur paye pour éviter le harcèlement). 

Il paraît que la France prônerait le statu quo et serait donc opposée à cette modification des plafonds. Tant mieux, mais on sait ce qu’il en est de la fermeté française à Bruxelles et à Strasbourg…

Quel rapport de tout cela avec le blogue ?

La pub, c'est autant de temps en moins pour la lecture !

(V.2 du 18 février 2017)

02/01/2017

Irritations linguistiques XXXVII : je joue, donc tu gagnes

L’autre jour, j’entends une dame à la radio qui nous dit « bla bla bla… ils ont eu ça en direct », et aussitôt, craignant qu’on ne la comprenne pas, elle corrige « en live »…

Il y avait déjà eu les rollers, le skate board, le kite surf, j’en passe et des encore pire. Voilà-t-y pas qu’on nous invente aujourd’hui le fat bike, pour rouler dans la neige ! Tous ces marchands (de matériel, de loisirs, d’abonnements divers et variés) n’arrêtent pas de mettre sous nos yeux d’enfants perpétuels, de pseudo-innovations, de fausses nouveautés et d’inutiles modes (une année, les jambes des pantalons sont larges ; l’année d’après, elles sont étroites…). Si ce n’était que cela ; après tout, c’est leur métier et leur moyen de subsistance ; les consommateurs que nous sommes n’ont qu’à être moins badauds et moins nigauds. Mais ils se croient obligés, aidés par ces perroquets de la publicité et du journalisme (ceux que Michel Serres appellent « les collabos », d’après mon commentateur du 30 décembre 2016), de les affubler de noms anglais (ou plutôt américains). Il est vrai que ces derniers en inventent tous les jours des gadgets… Seul espoir pour nous autres – mais il est peu enthousiasmant – croire au théorème de René Étiemble, à savoir que les noms franglais disparaîtront avec les objets qu’ils désignent, le plus vite possible. 

J’en étais là dans les irritations linguistiques quand je me suis penché sur l’article d’Étienne Thierry-Aymé dans le Marianne du 2 décembre 2016, intitulé « La folie retrogaming », dont l’incipit était le suivant : « Sous le sapin, les consoles vintage risquent de piquer la vedette aux derniers gadgets high-tech. Après les tee-shirts vintage, les portables préhistoriques, les ordinateurs old school, les jeans déchirés et les vinyles pleins de poussière, la mode du retrogaming bat son plein ». Ça commençait bien. 

Passons sur les hors d’œuvre (le design des jeux vidéo, des consoles plug and play revisitées…) et regardons les encarts : « LA PLUS SHOW-OFF », « LA PLUS SEVENTIES », « en différentes tailles (classic, compact, mini) » (en quoi cette graphie anglaise de « classique » fait-elle avancer le smilblic ?), « une version pocket » (en quoi cette graphie anglaise de « poche » fait-elle avancer le smilblic ?), « flash-back sur les années 80-90 », « pas de jeu vidéo sans joystick », « un stick d’arcade », 

Pour être honnête, je dois signaler que ce journaliste utilise l’expression « tout-en-un » parfaitement bienvenue, alors qu’on aurait pu craindre un franglicisme que, naturellement, je n’écrirai pas. 

Jeu vidéo.jpg

Reste, pour parler un peu du fond, que plus de la moitié des Français déclaraient en 2015 (non pas leurs revenus) mais qu’ils étaient adeptes réguliers de jeux vidéo (à comparer avec les 20 % du début des années 2000). Qu’ont-ils donc, tous ces Français, à jouer comme des enfants ? 

Fin 2016, le chiffre d’affaires du secteur aurait atteint 3,4 milliards d’euros, rien qu’en France.