Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2017

Orthographe, j'écris ton nom

À force, cette histoire d’orthographe censée abolir dans notre langue la moindre inégalité de traitement entre les genres – que ses militants confondent avec les sexes – m’aura occupé pas mal de temps et suscité plusieurs billets de ce blogue…

C’est sans doute ce qu’ont dû se dire les hommes (!) qui nous gouvernent et dans une nouvelle tentative de "siffler la fin de la récréation", le Premier Ministre, Édouard Philippe, a demandé dans une circulaire à tous ses ministres de bannir des textes administratifs cette façon d’écrire le français. Ouf, il ne restera plus que les journalistes à calmer…

Il est quand même inconcevable que l’on incite les Français (les francophones sont-ils concernés ?) à se mettre dans le crâne (et dans les doigts) de nouvelles graphies compliquées, alors que nombre d’entre eux n’arrivent pas à appliquer les règles – peut-être compliquées mais apprises à l’école – du français ancestral !

Comme nous sommes sous le règne du « en même temps », la circulaire accepte, a contrario, la féminisation des titres (« la ministre », « la procureure »…), féminisation refusée par l’Académie française, tout en rappelant que « le masculin est une forme neutre qu’il convient d’utiliser pour les termes susceptibles de s’appliquer aussi bien aux hommes qu’aux femmes ». Personnellement, je n’y suis pas favorable et j’ai souvenir d’une responsable de recherche au CNRS qui détestait qu’on l’appelle « la Directrice du Groupement de Recherche »… La féminisation forcenée des noms de « métier » donne naissance à des termes qui ne sont pas heureux, comme « écrivaine » (et que je n’emploie pas). Colette est un écrivain français… Mais il est vrai qu’un mot est un mot, et que nous mettons chacun des connotations variées derrière les mots (pour parler comme Alain Souchon) ; j’adore « calamiteux », « dérisoire » et « en substance » mais sans doute l’un ou l’autre de ces mots hérisse-t-il tel ou tel de mes lecteurs !

La circulaire demande aussi que l’on ait recours, dans les recrutements, à des formules comme « le candidat ou la candidate ». Soit (même si c’est en partie contradictoire avec la réaffirmation du rôle « neutre » du masculin…).

Drôle de pays, a-t-on déjà remarqué, où c’est un Premier Ministre (Michel Rocard) qui lance une réforme de l’orthographe, au nez et à la barbe de l’Académie, pourtant chargée par Richelieu de veiller sur la langue et où c’est un autre Premier Ministre qui doit se fendre d’une circulaire pour arrêter une polémique autour de l’orthographe !

À l’heure où le CETA, avant même d’être ratifié par le Parlement national, est déjà appliqué à 80 % et où des forces souterraines sont à l’œuvre pour nous imposer le TAFTA…

20/11/2017

L'orthographe, point !

L’Académie avait donné son point de vue (il est vrai que les féministes jusqu’au-boutistes s’en fichent…) et parlé de péril mortel. Concernant l’école, le ministre avait été clair : c’est non ! J’avais signalé dans mon billet du 1er novembre que le journaliste avait cru pouvoir conclure : « Le débat sur l’écriture dite inclusive est clos et nul ne s’en plaindra ». Je n’y croyais qu’à moitié, et j’avais malheureusement raison.

Dans le même numéro de Marianne, un lecteur, Michel Covain, brodait savamment sur le thème des « formes marquées et non marquées » de l’orthographe, remarquant que « le féminin (avec e ou consonne double + e) et le pluriel (avec s ou x) sont des formes marquées. Le masculin et le pluriel sont des formes non marquées ». Et, pour revenir à notre sujet, il note que dans la phrase « La directrice, son adjoint, la CPE et le professeur principal se sont réjouis de résultats de la classe, réjoui porte obligatoirement la marque du pluriel, mais ne peut pas porter la marque du genre puisque les deux genres sont présents dans la suite des noms. Ce qui s’impose n’est donc pas le masculin, mais l’absence de marque en raison de l’indécision quant au genre ». Fortiche non ? À moins que cela ne soit que jésuistique ? Et de conclure : « Si le féminin porte une marque, ne serait-ce pas parce qu’on le stigmatise ? ». Michel Covain s’en tire par une pirouette et donc, « GO TO 10 » ou plus correctement « 0-0 et balle au centre »… 

La pasionaria du sujet, Éliane Viennot, professeur à Saint Étienne et féministe de toujours, a publié une pétition signée, au 7 novembre 2017, par 314 enseignants et plusieurs personnalités (Yvette Roudy, Laurence Rossignol, Marie Darrieussecq, Hélène Cixous…). 

Et le 15 novembre 2017, je découvre sur le site de Marianne, un article de Thomas Vampouille que je juge déloyal : il trouve intéressant de persifler contre l’intervention du ministre de l’Éducation nationale à l’Assemblée, qui a balayé une nouvelle fois l’idée en rappelant que la France a déjà « comme emblème une femme, Marianne, et que l’un de ses plus beaux mots est féminin, la République ». 

Quant à moi, je trouve que sa remarque est plutôt amusante et pertinente, et qu’elle montre l’inanité du débat.

Allons, nous avons bien d’autres choses à faire et bien d’autres combats à mener que celui de l’orthographe illisible et militante. Ne serait-ce que parler et écrire le français correctement !

19/11/2017

Toujours là !

Mais oui, je suis toujours là, avec plein de livres à commenter (bizarrement, je lis plus vite que je ne commente), avec plein d’irritations linguistiques (le charabia, le franglais, l’inclusive…) et avec plein d’émerveillements littéraires !

J’avais travaillé à ce blogue pendant les vacances scolaires de métropole (française) et les lecteurs avaient, eux, déserté… De retour au travail, j’ai eu beaucoup de choses à faire et plus aucune disponibilité pour écrire ; mes lecteurs évidemment ne sont pas revenus, la fréquentation a touché les bas-fonds (un, deux visiteurs uniques – c’est le cas de le dire !). Naïvement, j’avais compté que ceux qui avaient perdu le fil, se seraient reconnectés pour rattraper leur retard de lecture (les billets non lus) mais non… Tant pis !

Merci 2.jpg

Je tiens à l’occasion de cette mise au point à remercier chaleureusement mes amis africains et nord-américains qui, bon an mal an, ont assuré ce « plancher de fréquentation » au blogue et l’ont préservé d’un baisser de rideau.

Merci 1.jpg

Retrouvant un second souffle, je vais dès demain reprendre mes billets bihebdomadaires.

Alors, amis lecteurs, à vos bésicles !

Merci 3.jpg

09:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)