Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2017

Irritations linguistiques LI : partagées

C’est M. Hervé Lecade, de Kervec, qui m’a fait plaisir l’autre jour, en écrivant un billet fort pertinent dans le courrier des lecteurs de Marianne (2 juin 2017) !

Il s’étonnait que, dans son discours du 14 mai 2017, M. Emmanuel Macron utilise la formule « J’aurai besoin de chacun », alors qu’il ne manque jamais de préciser (redondance permanente, et il n’est pas le seul malheureusement) « les Françaises et les Français », « celles et ceux… », au mépris de la langue académique selon laquelle la forme du pluriel englobe le masculin et le féminin.

M. Lecade ajoute malicieusement « Entendait-il par là vouloir s’entourer de collaborateurs de sexe masculin ? Voulait-il prendre ses distances en fin de message avec un certain féminisme étroit qui étend ses revendications jusque dans la grammaire ? ». Si c’est le cas, bravo ! Car on est lassé des dites revendications pointilleuses et permanentes… Certains en sont à décréter que , comme il n’y a jamais eu de femme à ce poste, le choix s’impose pour le perchoir de l’Assemblée nationale ! Et l’expérience ? et la compétence ?

Notre éditorialiste d’un jour a relevé une autre phrase intéressante. M. Macron a proclamé « Je servirai notre peuple », « reconnaissant par là même l’existence de peuples, la mondialisation regroupant des peuples ayant une histoire, une identité, une langue, des us et coutumes qui en font la richesse ». Re-bravo !

12/06/2017

Au revoir, AZERTY détesté !

Ce n’est pas le dernier cadeau d’Audrey Azoulay, éphémère ministre de la Culture de la Présidence Hollande (un peu plus d’un an…), demeurée largement inconnue, aux amoureux de la langue française et aux défenseurs du Bien écrire ; c’est celui de Fleur Pellerin, qui l’a précédée comme titulaire de ce portefeuille à peu près unique au monde, et alors là, merci, mille fois merci ! 

AZERTY.pngSource : Le clavier AZERTY des Français va-t-il changer? Par LEXPRESS.fr avec AFP, publié le 07/06/2017 à 21:25 

L'AFNOR a été chargée en 2015 par le ministère de la Culture de réfléchir à un dépoussiérage du clavier AZERTY, permettant notamment de taper plus facilement les caractères spéciaux courants. L'AFNOR a associé à sa réflexion les fabricants d'ordinateurs, les éditeurs de logiciels, l'Imprimerie nationale, des linguistes et des spécialistes des affections de la main. 

Elle a lancé cette semaine et jusqu'au 9 juillet, une enquête publique. Objectif : recueillir des commentaires à son projet d'amélioration du clavier français azerty, proposant une version améliorée et une option "bépo" plus iconoclaste.  

Le but était "de répondre aux besoins dactylographiques de notre temps en augmentant les possibilités d'écriture, pour permettre à chacun d'écrire selon ses préférences et selon les règles qu'il s'impose", a-t-elle expliqué dans un communiqué. 

La première option est un clavier "AZERTY" amélioré, dans lequel les lettres et les chiffres ne changent pas de place, contrairement à d'autres signes tels que certaines voyelles accentuées, l'arobe (@) ou les accolades. Les majuscules accentuées sont aussi rendues possibles et les guillemets français moins difficiles à trouver, tandis que le point devient accessible sans passer par la touche majuscule. 

L'autre possibilité est un clavier "bépo" dans lequel l'arrangement des touches est basé sur une étude statistique de la langue française. Les lettres les plus fréquentes sont placées au milieu, ainsi que la virgule, afin de limiter les efforts et donc la fatigue musculaire. 

La consultation est accessible à l'adresse

enquête AFNOR sur le clavier français

mais il faut s'identifier, y compris pour consulter les documents. 

« Tout le monde ou presque utilise un clavier aujourd'hui, donc nous nous attendons à recevoir beaucoup de commentaires, comme en témoignent les échanges sur Twitter autour du mot-dièse #clavierfrançais », a commenté Philippe Magnabosco, le chef du projet à l'AFNOR. 

Amis lecteurs, connectez-vous à cette adresse et donnez votre avis, en l’occurrence l’urgente nécessité que les Français et les francophones ne soient plus handicapés par des outils d’usage quotidien totalement inadaptés à leur langue ! Cela passe par le clavier mais cela devra aussi concerner un jour ces adresses sur internet et dans les réseaux sociaux dans lesquelles nos signes diacritiques (é, à, ç, œ, etc.) n’ont pas droit de cité (et ne parlons pas d’accentuer les majuscules) ! 

Cela fait des années que je mène ce combat – dans ce blogue et bien avant lui – ; aujourd’hui une lueur apparaît, ne la laissons pas s’éteindre !

Sur la forme, bien sûr plusieurs solutions pour ce clavier, dont la plus simple me paraît être des touches « à bascule » : é/É, à/À, ç/Ç (ce qui est déjà le cas sur l’iMac, soit dit en passant), que l’on pourrait étendre à œ/Œ, l’accent circonflexe s’ajoutant grâce à une touche spécifique, que ce soit en minuscule ou en majuscule. Il faudrait par ailleurs que tous les claviers soient identiques, les lettres étant toujours aux mêmes places.

03/11/2016

"Le français en cage" (Jacques Laurent) : critique VI

Décidément ce livre de Jacques Laurent m’aura donné du fil à retordre, non pas qu’il soit difficile à lire ou abscons, bien au contraire ; mais il est concis et synthétique au point que j’ai été tenté d’en faire un compte rendu exhaustif, quasiment une paraphrase ; de plus, le point de vue de l’auteur reste assez « fuyant », en ce sens qu’il approuve ou désapprouve tel ou tel mot, telle ou telle transformation du sens, tel ou tel emploi, telle ou telle mode, au gré de ses préférences à lui, qui ne sont pas toujours complètement argumentées. 

Ce qui frappe, c’est la grande connaissance de la langue de l’Académicien, qui en appelle tantôt à Littré, tantôt à Voltaire, et connaît l’étymologie et le sens originel des mots. Le chapitre VIII est ainsi pour lui l’occasion de disserter sur « abîmer », « gêner », « étonner », « énerver », « denture » et « dentition », « inclinaison et inclination », « impressionné », « ouvrir », « susceptible », « emprise », « empire » et « empreinte », « mappemonde » et enfin « compendieusement », pour dire ce que lui évoque tel mot et proposer de le garder ou de l’abandonner. Beaucoup de subjectivité dans tout cela… 

Le chapitre IX est consacré au style, en particulier à l’obligation qui nous était faite, au collège, d’éviter les répétitions (on a constaté plus tard, en lisant des manuels américains, que ceux-ci usaient et abusaient des répétitions, rendant leur lecture fastidieuse et lassante). Or, dit Laurent, nos ancêtres, tels Vaugelas et Pascal, ne condamnaient pas la répétition, l’encourageant même quand le mot en valait la peine. Plus tard, une sorte de perfection formelle fut recherchée, à travers des « règles de style » auxquelles nous devions nous soumettre. À cette occasion, André Gide en prend pour son grade, accusé de « sacrifier la précision de la pensée à un mouvement de coquetterie ». Ça tombe bien car j’ai lu cet été un livre de Gide dont je vous parlerai prochainement. Et a contrario, Molière demandait de « sacrifier toute régularité à la justesse de l’expression ».

Jacques Laurent reproduit aussi une page de « Le Rouge et le Noir », dans laquelle Stendhal multiplie comme à plaisir les répétitions, qui pourtant ne l’avaient pas choqué lors de ses centaines de lecture de cette page, fasciné qu’il était par le texte et par l’histoire. En revanche, une page d’une nouvelle de Mérimée l’avait arrêté à cause d’une incohérence dans la narration, bien plus gênante qu’une répétition. Et le verdict tombe : « Mérimée, contrairement à Stendhal, prêtait une haute valeur à la forme ; il écrivait froidement minutieusement, et son imagination était vide ».

Êtes-vous Mérimée ou Stendhal ? Flaubert (la concision) ou Proust (la surcharge) ? Rousseau (la correction) ou Stendhal (la négligence) ?

Quant à moi, considérant Proust comme l’écrivain par excellence, j’avoue être séduit également par Albert Camus et Jean Giono, maîtres ès sobriété littéraire. 

Et vient enfin la conclusion, sous la forme du chapitre X. Il commence par un extrait du « Dictionnaire des racines des langues européennes » de M. Grandsaignes d’Hauterive. C’est l’aventure linguistique de la racine –ar « qui contient les notions de jointure et d’arrangement », que l’on trouve en français dans armoire, orteil, article, alarme, arithmétique, aristocrate, harmonie, artiste, inerte, rituel, artisan, etc. Puis il passe à la racine hug, à ye, à kap et à ghel et détaille leurs mille métamorphoses, les associations d’idée qui ont produit d’innombrables nouveaux mots en grec, en latin, en français, mais aussi en espagnol, italien, anglais et allemand.

Sleepings.jpgJe laisse au futur lecteur de cet opuscule le plaisir de découvrir l’anecdote « ferroviaire » qui le clôt. En fait Jacques Laurent ne conclut pas ; il demande « qu’on laisse aux mots la licence de rêver, comme nous, durant leurs longues nuits ». Après tant de tentatives de démonstrations cartésiennes, c’est dire que le fin mot (!) revient à la poésie et à la subjectivité. Et c’est bien pour cela que le livre brille seulement par son érudition et n’est d’aucune manière un manuel de « bien écrire »… 

Giselle_Pascal_madone_sleepings-1.jpg~original.jpg