Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/05/2020

Les mots du corona IX

L’inénarrable Sibeth Ndiaye a prononcé cette phrase incroyable le 13 mai 2020 : « Nous sommes en capacité de faire en sorte que les Français puissent bénéficier de masques ». Il y a d’abord l’incontournable et insupportable manie actuelle de mettre des « en capacité de » dans chaque phrase prononcée dans les médias, au lieu de dire « capable de » ou simplement « nous pouvons ». Thomas Legrand a fait une analyse politique un peu laborieuse de ce tic verbal mais il n’y a pas que les politiques qui s’y adonnent. Encore Mme Ndiaye n’a-t-elle pas jugé bon d’utiliser la redondance assez fréquente « en capacité de pouvoir », comme tel journaliste sur France 2 le même jour… Grâce lui soit rendue ! Ensuite « elle fait en sorte... » ; pourquoi cette lourdeur ? Pourquoi ne pas dire « nous pouvons faire bénéficier les Français de masques » ? Ou bien « nous pouvons procurer des masques aux Français » ? Parce qu’elle n’en est pas tellement sûre ? Parce que c’est un mensonge ? Et enfin, elle s’est débrouillée pour que les Français « bénéficient » de la protection physique évidente à laquelle ils ont pourtant droit, puisqu’ils sont « en guerre sanitaire ». Quelle condescendance ! Quelle dérision !

Au chapitre de ceux qui se couvrent de ridicule, il y a nos Académiciens : au bout de plus de trois mois d’information à jet continu sur l’épidémie, ils viennent de décider que le mot COVID est du genre féminin, au motif que la lettre D est l’initiale de Disease, qui signifie « maladie » ! Trop tard ! Pour les Français, c’est un virus (donc masculin) et non pas une maladie. Notons en passant qu’une fois de plus, on adopte sans coup férir un nom anglais, en l’occurrence Corona Virus Disease 2019, soit « maladie de 2019 à base de virus à couronne », nom choisi par l’OMS en février 2020. L’OMS, soi-disant sous influence chinoise, parle anglais… Ouf, on l’a échappé belle !

Et là, néanmoins, on nous refait le coup de DAECH (M. Fabius insistait : « Prononcez dèche »…), qui devait remplacer « État islamique » car ce n’était pas un État, alors même que DAECH signifiait « État islamique » en arabe ! Donc, bande de Gaulois réfractaires, prononcez COVID et non pas coronavirus, parce que COV signifie « coronavirus » et COVID « maladie à coronavirus » !

04/05/2020

Les mots du corona VIII

« Il revient !

Qui ?

Devine : Le Caire !

Ah bon, ça se passe en Égypte ?

Mais non, je te parle du care ! Ça y est, ils en reparlent ! ».

Ce petit dialogue imaginaire était là pour partager avec vous cette nouvelle extraordinaire : les élites recommencent à nous bassiner avec cette notion aussi fourre-tout qu’américaine, qui décrirait une société fondée sur l’attention à autrui, la solidarité, les métiers de l’accompagnement, du soin, de l’aide à domicile, l’empathie.

Il faut reconnaître que c’est Mme Martine Aubry, en mal d’inspiration après ses déboires partisans et électoraux, qui avait importé ce « prêt à penser » d’Outre-Atlantique aux connotations bigotes (un retour à la démocratie chrétienne pour remplacer la social-démocratie en perte de vitesse?), croyant sans doute relancer sa carrière politique dans les années 2000. Mauvaise pioche, ce fut un flop.

Logiquement, invitée dans la Matinale de France-Inter le 30 avril 2020, à l’occasion du déconfinement à organiser à Lille, elle nous a re-servi cette vieille lune.

Mais le plus incroyable, c’est que même Alain Finkielkraut, dans un échange télévisuel avec le Ministre Olivier Véran, sur LCI, a cru devoir lui aussi évoquer cette évolution possible de notre société. Et notre Académicien d’utiliser le vocable anglais tel quel dans sa question (sans traduction ni précaution), au point qu’elle fut dans un premier temps incompréhensible !

Dans le même débat, Olivier Véran a osé le néologisme contact tracing (contact prononcé à la française, tracing à l’anglaise…).

Quant à sa collègue du Gouvernement, la Secrétaire d’État Agnès Pannier-Runacher, elle a déclaré le même jour, sur CNews : « Notre enjeu est d’équiper tout le monde (en masques) ». Qui lui expliquera, à elle et aux politiques qui usent et abusent de ce mot, d’une part qu’un enjeu ne peut qu’être « collectif », « partagé » (et non pas propre à un Gouvernement) et que d'autre part un enjeu n’est pas un objectif ?

Un enjeu, c’est ce qui est « en jeu », ce qui est caché derrière (pour parler comme Alain Souchon et Laurent Voulzy), ce qui arrivera ou non selon que l’on atteindra les objectifs ou non. Donc, chère Madame Pannier (Pourquoi cette mode galopante des patronymes à rallonge ? Parce que tout le monde ne peut pas s’approprier Giscard d’Estaing ? Fascination pour la noblesse d’Ancien Régime?), chère Madame Pannier donc, votre objectif (et votre devoir !) est d’équiper tout le monde en masques (c’est opérationnel, c’est à court terme, c’est tactique) et l’enjeu, qui est national (le nôtre à tous, et non pas le vôtre à vos collègues et à vous), est la santé des Français ou plus modestement la non-contamination à grande échelle des Français (c’est à moyen terme, c’est stratégique).

Toujours à propos du Covid-19, l’intéressant entretien de l’anthropologue médical genevois Jean-Dominique Michel avec un journaliste du site Athle.ch m’a permis de repérer deux expressions amusantes (pour un Français de l’Hexagone) : « à année longue » (au lieu de « à longueur d’année ») et « supportif » (au lieu de notre franglais « supporter »).

Infinie variété du français… !

Pour terminer, rions. Dans un devoir leur demandant, à titre subsidiaire, de repérer et de traduire les termes franglais d’un discours, deux étudiants de niveau M1 ont répondu ceci :

  • top management = meilleur management (on croit les entendre parler entre eux : « c’est top » !)

  • (l’application de communication) Slack = mou

  • le soft (au sens du logiciel) = doux

Est-ce l’avènement du care ?

28/04/2020

Les mots de la macronie I

L’inventaire a déjà été fait, exhaustif ou non. Michel Onfray, par exemple, en est friand, lui qui manifestement déteste M. Macron (voir sa chaîne michelonfray.com, par abonnement, 50 € par an). On connaît donc : un pognon de dingue, les gens qui ne sont rien, les premiers de cordée (les éditorialistes parlent maintenant avec humour des « premiers de corvée »), la start up nation, la rue qu’il suffit de traverser pour trouver un emploi (du temps où l’on pouvait traverser les rues…), les Gaulois réfractaires, les illettrés, etc. Tout un ramassis de qualificatifs désobligeants, arrogants, vexatoires, au motif d’accélérer l’avènement promis en un certain jour de mai 2017, d’un nouveau monde ! Que tout cela nous apparaît lointain aujourd’hui, et dérisoire…

Le taulier en chef, rallié à la macronie, Édouard Philippe a prononcé dix fois cette formule fréquente dans la bouche des politiques : « C’est la raison pour laquelle », au lieu de dire « C’est pour cette raison ») dans son point de presse sur LCI le 2 avril 2020. Tic de langage...

Les journalistes ne sont pas indemnes du virus de « néologisation à tout crin », loin de là. Ils aiment particulièrement le mot, assez ridicule selon moi, « calinothérapie ». Tout terme à consonance anglaise les ravit, par exemple coronabonds, qui ne sont que des obligations, terme parfaitement connu et compris de tous depuis des lustres.

Pendant ce temps-là, l’anglomanie continue ses ravages dans nos campagnes, là où il y a pourtant très peu de virus. J’ai lu dans Marianne qu’une communauté de communes du Sud s’était baptisée « Ouest Aveyron Communauté ». « Indécrottables » a-t-on envie de crier...

Bien que les macronistes n’y soient pour rien là non plus, on constate l’ignorance généralisée de la valeur des prépositions de lieu comme « où », voir par exemple :« où elle est splendide dedans ». Même ignorance sur le rôle du « y », la plupart du temps affublé d’un qualificatif de lieu qu’en fait il remplace. Pléonasme généralisé !