Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2021

"Miroir de nos peines" (Pierre Lemaître)

J’ai lu « Miroir de nos peines » en une semaine, début mai 2021. Je l’avais trouvé dans le rayon « librairie » d’une grande surface du Cantal, à côté du « Sagesse » de Michel Onfray… et bien qu’il soit le troisième et dernier tome de la trilogie « Les enfants du désastre » de Pierre Lemaître, j’ai commencé par lui, et non pas par le Goncourt 2018 « Au revoir là-haut », que j’ai acheté plus tard.

C’est un roman de facture classique, sans fulgurances mais sans longueurs, construit sous forme de chapitres consacrés chacun à un personnage ou à une famille pendant l’exode du printemps 1940 (« l’art du découpage » dit la critique de « Le Monde »), chapitres qui conduisent à un épilogue où l’on apprend ce que deviennent « ces personnages dotés d’un charisme fou » (dixit « le Monde »).

Ne croyez pas « le Monde » ni même « Le Figaro magazine » (« Haletant et brillant »). Rabattez-vous sur « Lire » : « Très bien documenté et habile ». Voilà, c’est ça : documenté et habile, mais pas de la littérature !

On pense à l’injustement porté aux nues « Suite française » d'Irène Némirovsky (Éditions Denoël, 2004), qui lui valut l'attribution à titre posthume du prix Renaudot.

À ne lire que pour passer le temps, « sans se prendre la tête » comme disent les jeunes.

29/10/2021

"La France n'a pas dit son dernier mot" (Éric Zemmour) : critique (IX)

De plus Éric Zemmour est direct, il annonce la couleur et dit les choses telles qu’il les pense, même si certains mots, évidemment, peuvent choquer ou être contestés (Grand remplacement, par exemple). On pourrait ajouter qu’il est constant et persévérant (cf. page 129 son discours à un colloque de l’UMP en mars 2011). À l’évidence, son recentrage permanent et à tout propos sur l’immigration (voir page 212, par exemple), même s’il le fait sciemment parce qu’il considère que c’est le sujet majeur à traiter aujourd’hui, choque ses adversaires (y compris ceux qui pratiquent le déni depuis des décennies) et peut même lasser ses soutiens. Mais surtout, il déchaîne la désinformation et donc la caricature (on lui prête le souhait de « déporter les immigrés » et M. Montebourg, souvent mieux inspiré, a même dit de lui qu’il voulait « jeter les Arabes » à la mer !). Quelle horreur ! Bref, être direct, c’est bien mais un peu de nuances, sur des sujets aussi graves, serait encore mieux.

Percutant ? J’aime particulièrement les « chutes » ! Il y a un talent à savoir terminer une anecdote ou une démonstration par « la phrase qui tue » (qui fait réfléchir, qui fait rire, etc.). Exemple typique, un peu understatement à l’anglaise, page 169 : « Je songe à la phrase du général de Gaulle : En général, les hommes intelligents ne sont pas courageux. Jean-Louis Borloo est très intelligent ». Et aussi « Trop content de lui trouver enfin un défaut que je n’ai pas » (page 171). J’aime aussi les listes à la Prévert comme ce portrait de Jacques Chirac en trois pages, à travers ses sorties et les grands moments de sa vie politique (page 293). Et son chapitre « La guerre à Macron » (page 304), titre qu’il faut lire « La guerre de Macron » !

Autocritique ? oui, dès les premiers mots de l’introduction, dans laquelle il reconnaît avoir cru, à tort, gagner la guerre. Et aussi page 125, quand il raconte son procès début 2011, sa condamnation et son refus hautain d’interjeter appel ; il considère que c’était une erreur. Effectivement, aujourd’hui encore, on essaie de le disqualifier à travers cette condamnation.

Et j’aime bien sa phrase « Le philosémitisme militant n’était que la forme inversée de l’antisémitisme, les deux se retrouvant sans une exceptionnalité juive où la persécution est la preuve de l’élection » (page 171).

27/10/2021

"La France n'a pas dit son dernier mot" (Éric Zemmour) : critique (VIII)

Concret ? oui quand il rapporte les « cris du cœur » de Pascal Blanchard qui lance « Tu pourras dire ce que tu veux. On s’en fout, on gagnera, on tient les programmes scolaires » (page 120). De Claude Géant qui avoue que le Ministre de l’Intérieur ne peut réduire les flux que de 10 % à cause de « tous les droits accordés aux étrangers » (page 137). De J.-C. Cambadélis qui justifie son optimisme quant à l’immigration par un « Ils voudront porter des Nike » (page 140). De Guillaume Pépy sur "le TGV qui a absorbé tous les investissements" (page 150). De Léa Salamé : « Charlie te donne raison sur tout !". De Frédéric Mion (IEP Paris) : « Les profs ont repéré les lycées de banlieue que nous avons sélectionnés et y mettent leurs enfants pour qu’ils soient dispensés des épreuves écrites ». À ma connaissance, aucun de ces propos révélateurs et « décapants » n’a été démenti.

Documenté, argumenté et engagé ? Oui, c’est une qualité unanimement reconnue aux écrits et aux interventions orales d’Éric Zemmour, même si certains proclament que « ses analyses historiques sont contestées par les vrais historiens » et d’autres raillent sa manie d’user et d’abuser de citations (De Gaulle très souvent, Tocqueville, Taine, etc.). Ses analyses, comme page 71 sur le Kosovo, ou page 82 sur les origines de la culture occidentale ou page 85 sur le supposé retard français, ou page 95 sur le retour dans le commandement intégré de l’OTAN, ou page 101 sur l’apport de Claude Lévi-Strauss ou page 131 sur l’Allemagne de Madame Merkel, ou page 141 sur Steve Jobs et notre fascination pour l’Amérique, ou page 229 sur Trump, le Brexit et les modèles venus du monde anglo-saxon, ou les pages sur F. Fillon et S. Veil, ou le long chapitre sur Valéry Giscard d’Estaing, Président trop intelligent qui avait tout compris, sont très souvent brillantes et convaincantes. Et surtout elles tranchent sur le salmigondis et les fameux « éléments de langage » entendus à longueur de journée dans les médias.