Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2019

Irritations linguistiques LIX

Me fondant sur l’article de Marianne daté du 12 juillet 2019, j’aurais pu intituler ce billet « À quoi rêvent les jeunes gens ? » et répondre in petto : « À naviguer sur les réseaux sociaux et à jouer ». En cela les très jeunes ne se distinguent d’ailleurs guère de leurs aînés puisqu’il semble que nombre d’adultes passent leur temps « sur leur smartphone » et à jouer. On pourrait même considérer que les Princes qui nous gouvernent jouent au Monopoly mondial qui consiste à acheter et vendre des entreprises (en ce qui concerne la France, il s’agit surtout de vendre : la gestion des autoroutes, des aéroports, des loteries, etc.).

Mais revenons aux adolescents. L’article de Marianne, qui fait partie d’une série sur les « influenceurs », nous présente Baptiste, 16 ans, élève de 1ère S, qui suit assidûment les vidéos de Squeezie consacrés aux jeux.

Ici l’anglais règne en maître ; même si, soit disant, la place des Français est importante dans le domaine des jeux et de l’image animée, tous les noms sont anglais ! Que l’on en juge : CyprienGaming est la chaîne d’un concurrent de Squeezie, Overwatch (« du tir en ligne dans un monde futuriste »…), Ultimate Epic Battle Simulator, les threads et les test de gaming, le mode Prop Hunt de Fortnite ; leurs potes s’appellent McFly, Carlito, PewDiePie, Locklear, Doigby…

Vivre dans un monde virtuel, par procuration (regarder les autres jouer !) et dans une autre langue que la sienne (avec des médias comme Facebook, Twitter, Instagram, Snapshot, Youtube… tous américains) à quoi cela peut-il bien mener ?

Baptiste confie au journaliste : « Je vais au cinéma quand mes parents m’y obligent » !

Quand aux fameux infuenceurs, ils gagnent bien leur vie, sans aller au bureau et sans chef, merci. L’article évoque le revenu annuel de Squeezie, « avec sa chaîne dédiée au gameplay » : 480000 €… Mieux que cela : il aurait touché quatre millions d’euros en revendant la participation qu’il avait dans une régie publicitaire (3000 € initiaux). Natif de Vitry-sur-Seine, il a 23 ans ; sa chaîne a 13 millions d’abonnés, ses vidéos sont vues en moyenne 6 millions de fois ; il a 5,8 millions d’abonnés sur Twitter, 5 millions sur Instagram. Ses revenus viennent, bien sûr, de la publicité accompagnant les vidéos.

Quand vont-ils tous redescendre sur terre ?

Les commentaires sont fermés.