Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2017

Orthographe, j'écris ton nom

À force, cette histoire d’orthographe censée abolir dans notre langue la moindre inégalité de traitement entre les genres – que ses militants confondent avec les sexes – m’aura occupé pas mal de temps et suscité plusieurs billets de ce blogue…

C’est sans doute ce qu’ont dû se dire les hommes (!) qui nous gouvernent et dans une nouvelle tentative de "siffler la fin de la récréation", le Premier Ministre, Édouard Philippe, a demandé dans une circulaire à tous ses ministres de bannir des textes administratifs cette façon d’écrire le français. Ouf, il ne restera plus que les journalistes à calmer…

Il est quand même inconcevable que l’on incite les Français (les francophones sont-ils concernés ?) à se mettre dans le crâne (et dans les doigts) de nouvelles graphies compliquées, alors que nombre d’entre eux n’arrivent pas à appliquer les règles – peut-être compliquées mais apprises à l’école – du français ancestral !

Comme nous sommes sous le règne du « en même temps », la circulaire accepte, a contrario, la féminisation des titres (« la ministre », « la procureure »…), féminisation refusée par l’Académie française, tout en rappelant que « le masculin est une forme neutre qu’il convient d’utiliser pour les termes susceptibles de s’appliquer aussi bien aux hommes qu’aux femmes ». Personnellement, je n’y suis pas favorable et j’ai souvenir d’une responsable de recherche au CNRS qui détestait qu’on l’appelle « la Directrice du Groupement de Recherche »… La féminisation forcenée des noms de « métier » donne naissance à des termes qui ne sont pas heureux, comme « écrivaine » (et que je n’emploie pas). Colette est un écrivain français… Mais il est vrai qu’un mot est un mot, et que nous mettons chacun des connotations variées derrière les mots (pour parler comme Alain Souchon) ; j’adore « calamiteux », « dérisoire » et « en substance » mais sans doute l’un ou l’autre de ces mots hérisse-t-il tel ou tel de mes lecteurs !

La circulaire demande aussi que l’on ait recours, dans les recrutements, à des formules comme « le candidat ou la candidate ». Soit (même si c’est en partie contradictoire avec la réaffirmation du rôle « neutre » du masculin…).

Drôle de pays, a-t-on déjà remarqué, où c’est un Premier Ministre (Michel Rocard) qui lance une réforme de l’orthographe, au nez et à la barbe de l’Académie, pourtant chargée par Richelieu de veiller sur la langue et où c’est un autre Premier Ministre qui doit se fendre d’une circulaire pour arrêter une polémique autour de l’orthographe !

À l’heure où le CETA, avant même d’être ratifié par le Parlement national, est déjà appliqué à 80 % et où des forces souterraines sont à l’œuvre pour nous imposer le TAFTA…

20/11/2017

L'orthographe, point !

L’Académie avait donné son point de vue (il est vrai que les féministes jusqu’au-boutistes s’en fichent…) et parlé de péril mortel. Concernant l’école, le ministre avait été clair : c’est non ! J’avais signalé dans mon billet du 1er novembre que le journaliste avait cru pouvoir conclure : « Le débat sur l’écriture dite inclusive est clos et nul ne s’en plaindra ». Je n’y croyais qu’à moitié, et j’avais malheureusement raison.

Dans le même numéro de Marianne, un lecteur, Michel Covain, brodait savamment sur le thème des « formes marquées et non marquées » de l’orthographe, remarquant que « le féminin (avec e ou consonne double + e) et le pluriel (avec s ou x) sont des formes marquées. Le masculin et le pluriel sont des formes non marquées ». Et, pour revenir à notre sujet, il note que dans la phrase « La directrice, son adjoint, la CPE et le professeur principal se sont réjouis de résultats de la classe, réjoui porte obligatoirement la marque du pluriel, mais ne peut pas porter la marque du genre puisque les deux genres sont présents dans la suite des noms. Ce qui s’impose n’est donc pas le masculin, mais l’absence de marque en raison de l’indécision quant au genre ». Fortiche non ? À moins que cela ne soit que jésuistique ? Et de conclure : « Si le féminin porte une marque, ne serait-ce pas parce qu’on le stigmatise ? ». Michel Covain s’en tire par une pirouette et donc, « GO TO 10 » ou plus correctement « 0-0 et balle au centre »… 

La pasionaria du sujet, Éliane Viennot, professeur à Saint Étienne et féministe de toujours, a publié une pétition signée, au 7 novembre 2017, par 314 enseignants et plusieurs personnalités (Yvette Roudy, Laurence Rossignol, Marie Darrieussecq, Hélène Cixous…). 

Et le 15 novembre 2017, je découvre sur le site de Marianne, un article de Thomas Vampouille que je juge déloyal : il trouve intéressant de persifler contre l’intervention du ministre de l’Éducation nationale à l’Assemblée, qui a balayé une nouvelle fois l’idée en rappelant que la France a déjà « comme emblème une femme, Marianne, et que l’un de ses plus beaux mots est féminin, la République ». 

Quant à moi, je trouve que sa remarque est plutôt amusante et pertinente, et qu’elle montre l’inanité du débat.

Allons, nous avons bien d’autres choses à faire et bien d’autres combats à mener que celui de l’orthographe illisible et militante. Ne serait-ce que parler et écrire le français correctement !

02/11/2017

"Souvenirs d'une ambassade à Berlin" (André François-Poncet) : critique I

Le meilleur livre que j’aie lu cet été est « Souvenirs d’une ambassade à Berlin » publié par André François-Poncet en 1946.

Le livre est un précieux témoignage sur la vie à Berlin dans les années qui ont précédé la déflagration déclenchée par les nazis, soit de septembre 1931 à octobre 1938, date à laquelle l’ambassadeur a été rappelé par son gouvernement à la demande des Allemands.

C’est d’abord la qualité du style qui m’a emballé ; c’est le français d’un diplomate, probablement formé à l’école des sciences politiques (qui a depuis envahi les plateaux télé et les comités de direction sous le nom de Sciences Po), un écrivain de la trempe de Paul Claudel et de Saint John Perse. Le lire est un régal !

Mais il y a aussi la clairvoyance des analyses – quelques mois seulement après la fin du conflit mondial – qui sont remarquables.

« L’atmosphère de la ville est fiévreuse, orageuse, malsaine. On marche sur un sol mouvant. Les esprits sont excités. Les renversements de fortune, les faillites se multiplient. Le chômage augmente. Par une contradiction surprenante, sous un Chancelier vertueux, la corruption, la dépravation des années précédentes ne sont guère atténuées. La licence des rues s’étale, sans plus de frein qu’auparavant. On continue à voir débarquer de nombreux étrangers qu’attirent les fâcheuses spécialités locales, les spectacles équivoques, l’ « Institut für Sexualforschung » de Magnus Hirschfeld, les bars où les danseuses sont des hommes… Les feuilles de chantage se livrent sans gêne à leur industrie » (page 29).

François-Poncet excelle également dans le portrait des hommes importants qu’il a eu à côtoyer. Ainsi de Pierre Laval :

« Pierre Laval se sentait, alors, en pleine ascension. L’aisance, la rapidité avec lesquelles s’était, en moins de dix ans, édifié sa fortune, politique et matérielle, lui avaient inspiré une foi robuste en lui-même et en son génie. Il se croyait appelé à jouer le rôle d’un grand homme d’État français et européen. Éloigner la perspective de la guerre, affermir la paix, tel était le programme, un peu simpliste, qui devait, selon lui, le mener à la gloire. À la place de Briand, trop vieux, et qu’il reléguait peu à peu dans l’ombre, il rêvait d’apparaître comme le pacificateur d’un univers troublé et déchiré, le héros sorti du peuple et tout proche du cœur des peuples, qui dénouerait les nœuds gordiens, réputés inextricables avant lui » (page 20)