Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/06/2017

Au revoir, AZERTY détesté !

Ce n’est pas le dernier cadeau d’Audrey Azoulay, éphémère ministre de la Culture de la Présidence Hollande (un peu plus d’un an…), demeurée largement inconnue, aux amoureux de la langue française et aux défenseurs du Bien écrire ; c’est celui de Fleur Pellerin, qui l’a précédée comme titulaire de ce portefeuille à peu près unique au monde, et alors là, merci, mille fois merci ! 

AZERTY.pngSource : Le clavier AZERTY des Français va-t-il changer? Par LEXPRESS.fr avec AFP, publié le 07/06/2017 à 21:25 

L'AFNOR a été chargée en 2015 par le ministère de la Culture de réfléchir à un dépoussiérage du clavier AZERTY, permettant notamment de taper plus facilement les caractères spéciaux courants. L'AFNOR a associé à sa réflexion les fabricants d'ordinateurs, les éditeurs de logiciels, l'Imprimerie nationale, des linguistes et des spécialistes des affections de la main. 

Elle a lancé cette semaine et jusqu'au 9 juillet, une enquête publique. Objectif : recueillir des commentaires à son projet d'amélioration du clavier français azerty, proposant une version améliorée et une option "bépo" plus iconoclaste.  

Le but était "de répondre aux besoins dactylographiques de notre temps en augmentant les possibilités d'écriture, pour permettre à chacun d'écrire selon ses préférences et selon les règles qu'il s'impose", a-t-elle expliqué dans un communiqué. 

La première option est un clavier "AZERTY" amélioré, dans lequel les lettres et les chiffres ne changent pas de place, contrairement à d'autres signes tels que certaines voyelles accentuées, l'arobe (@) ou les accolades. Les majuscules accentuées sont aussi rendues possibles et les guillemets français moins difficiles à trouver, tandis que le point devient accessible sans passer par la touche majuscule. 

L'autre possibilité est un clavier "bépo" dans lequel l'arrangement des touches est basé sur une étude statistique de la langue française. Les lettres les plus fréquentes sont placées au milieu, ainsi que la virgule, afin de limiter les efforts et donc la fatigue musculaire. 

La consultation est accessible à l'adresse

enquête AFNOR sur le clavier français

mais il faut s'identifier, y compris pour consulter les documents. 

« Tout le monde ou presque utilise un clavier aujourd'hui, donc nous nous attendons à recevoir beaucoup de commentaires, comme en témoignent les échanges sur Twitter autour du mot-dièse #clavierfrançais », a commenté Philippe Magnabosco, le chef du projet à l'AFNOR. 

Amis lecteurs, connectez-vous à cette adresse et donnez votre avis, en l’occurrence l’urgente nécessité que les Français et les francophones ne soient plus handicapés par des outils d’usage quotidien totalement inadaptés à leur langue ! Cela passe par le clavier mais cela devra aussi concerner un jour ces adresses sur internet et dans les réseaux sociaux dans lesquelles nos signes diacritiques (é, à, ç, œ, etc.) n’ont pas droit de cité (et ne parlons pas d’accentuer les majuscules) ! 

Cela fait des années que je mène ce combat – dans ce blogue et bien avant lui – ; aujourd’hui une lueur apparaît, ne la laissons pas s’éteindre !

Sur la forme, bien sûr plusieurs solutions pour ce clavier, dont la plus simple me paraît être des touches « à bascule » : é/É, à/À, ç/Ç (ce qui est déjà le cas sur l’iMac, soit dit en passant), que l’on pourrait étendre à œ/Œ, l’accent circonflexe s’ajoutant grâce à une touche spécifique, que ce soit en minuscule ou en majuscule. Il faudrait par ailleurs que tous les claviers soient identiques, les lettres étant toujours aux mêmes places.

Écrire un commentaire