Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/01/2017

Irritations linguistiques XXXIX : attitude, attitude, est-ce que j'ai une gueule d'attitude ?

L’inversion inconsidérée (et inutile) du substantif et de son adjectif épithète est très à la mode ; c’est censé « faire anglo-saxon », donc moderne. 

Dans un magazine trimestriel d’entreprise consacré à la santé au travail et à la sécurité, je note :

  • sur la page de garde du numéro 172 de décembre 2011, en très gros caractères : « Nucléaire attitude »,
  • puis en page 19 : « Total respect ».
  • Bis repetita dans le numéro 174 de juin 2012 : « Électrique attitude ».

Dans la rubrique « Bien être » du mensuel du même grand groupe, numéro 12 d’avril-mai 2014, ce grand titre : « La positive attitude » (le décalque de la formulation anglo-saxonne va jusqu’à l’article « La », parfaitement inutile en français). 

Comme d’habitude, le snobisme et le « modernisme » effrénés de ces journalistes et communicants se conjuguent avec une ignorance crasse de la langue anglaise et des subtilités de la traduction, maintes fois dénoncées par l’inénarrable Jean Dutourd (voir mes billets consacrés à l’homme à la pipe).

Churchill.jpg 

Ainsi trouve-t-on dans ce même article sur la nécessité de voir le verre à moitié plein, une citation de Winston Churchill, l’homme au cigare qui haïssait le sport : « Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté ». Faut-il rappeler une nième fois que l’opportunité caractérise ce qui est opportun (qui arrive à point nommé, qui est souhaitable), alors que l’anglais opportunity signifie une occasion, un événement ?

Voici encore quelques (mauvaises) nouvelles du front. En avril 2016, on apprenait que Aéroports de Paris devenait "Groupe ADP" et créait la marque commerciale "Paris Aéroport", avec la justification suivante : "plus facile à lire pour la clientèle internationale" (Le Revenu, n°1373, 22 avril 2016)... Quelle révolution ! Bravo les stratèges et les communicants de cette entreprise publique qui rêve d'être privatisée (du moins ses stratèges et ses communicants) ! La raison sociale "Aéroports de Paris" était trop pertinente, trop simple, trop claire, sans doute trop française ; il leur fallait en changer pour montrer qu'ils agissaient et qu'ils étaient modernes. "Groupe ADP" est peu clair, laconique, peu explicite, nul, mais ne martyrise pas la langue française, au contraire de "Paris Aéroports" qui, sur le modèle aberrant de "France Télécom", adopte un ordre des mots anglo-saxon. En français, cela se dit "Aéroports Paris", comme "soupe-minute" (et non pas minute-soupe) et comme "Deutsche Telekom" en allemand. Toutes ces mauvaises plaisanteries linguistiques n'enrichissent que les cabinets de comm. Quant aux responsables qui lancent des réformes aussi courageuses, combien sont-ils payés ?

Eh bien, le même hebdomadaire nous le dit sans vergogne en page 5. En 2015, le dirigeant de Accorhotels (sans espace ni accent circonflexe) a gagné 3,95 millions d'euros (+2 %), celui de Kering (quel joli nom !) 3,5 M€ (-35 %), celui de L'Oréal 9,15 M€ (+12,6 %), celui de LVMH 9,53 M (+51,3 %), celui de Publicis (plus exactement de Publicis Group, comme c'est plus joli en anglais) 3,92 M (+38 %), etc. Quant à savoir à quoi ces personnes utilisent leurs gigantesques revenus, aucun journaliste ne s'y intéresse.

Dans la même veine mais en pire : Marianne nous apprenait le 11 novembre 2016 que Air France voulait créer une nouvelle compagnie à bas coût (et donc à bas prix ?) qui s'appellerait Boost, dans le cadre du plan "Trust Together" (avec deux majuscules s'il vous plaît).

 

Écrire un commentaire