Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/03/2020

Sous l'actualité, le franglais

En ce début mars de l’an 2020, l’actualité nous apporte, avec les jours plus longs, les premières couleurs sur la végétation et bientôt les pollens, la créativité débridée de certains en ce qui concerne le vocabulaire.

Les trois exemples qui suivent ont été glanés sur France Inter, aux heures de grande écoute.

Préférant oublier la désastreuse soirée de remise des Césars (et on la remercie), la critique de cinéma de la radio nous incite à aller voir à la Cinémathèque des films restaurés (très bien…) et s’enthousiasme pour le making of.

Une journaliste signalant qu’une évolution du congé parental serait à l’étude par le Gouvernement, évoque un parental act possible ! (France Inter, 4 mars 2020, 8 h 15).

Enfin, dans un reportage sur la production à marche forcée de gel alcoolique pour enrayer l’épidémie de coronavirus, un journaliste constate : « La chaîne fonctionne H24 » (au lieu de « 24 heures sur 24 »). (France Inter, 4 mars 2020, 13 h 10).

Quand au site « La fourchette », il devient The fork… et le fait savoir.

Where do we go ?

14/03/2020

Les mots du corona II

La diffusion du virus s’accompagne-t-elle d’une flambée du franglais et des fautes de français ? Bien sûr que non… encore que… !

Voici M. J.-M. Le Guen, conseiller de Paris, qui emploie le mot containmentdans une envolée ayant pour but de dire tout le bien qu’il pense de la stratégie gouvernementale en matière de lutte anti-virale ; sans doute voulait-il parler du confinement ? (C News, 10 mars 2020). Bizarre comme « confusion volontaire », alors que le mot confinement est largement présent dans les médias et n’avait jusqu’à maintenant jamais fait l’objet d’une franglisation… Il y a sans doute une loi cachée : plus un discours est banal, obscur ou peu convaincant, plus les mots anglais se bousculent dans l’esprit du locuteur. Peut-être est-ce un effet du trac, à ranger dans la même catégorie que l’omniprésent « du coup » (au lieu de « de ce fait » ou de « en conséquence de quoi »)…

Voici (« le vent qui se lève et gémit dans le vallon… ») le Président du Comité d’éthique qui reconnaît que ce fut une erreur de ne pas prendre on boardles médecins généralistes dans la lute contre l’épidémie, pour dire qu’il aurait fallu les mettre à contribution ou les « embarquer » dans l’aventure.

Voici M. Emmanuel Macron qui, relatant les piètres résultats de sa vidéo-conférence avec ses homologues européens du 10 mars 2020, déclare sur un ton martial que « l’enjeu, c’est les masques ; l’enjeu, c’est les gels hydro-alcooliques ». Quel contresens ! Un masque ou un gel, dans le contexte d’une épidémie, ne peuvent pas être des enjeux ! Tout au plus sont-ce des moyens, des outils, des protections, des accessoires importants, etc. Un enjeu, c’est à un autre niveau ! L’enjeu, c’est ce qui est en jeu ; c’est ce qui va se produire ou non si l’on ne fait rien. Donc, dans les efforts actuels pour maîtriser l’épidémie, l’enjeu, c’est tout simplement la santé des Français ! Rien de moins.

Le Président de la République n’est pas le seul à utiliser n’importe comment le mot « enjeu », à la place d’objet, d’objectif, de moyen… Et pour la même raison que tout le monde : le souci de donner du poids à son discours, d’en rajouter par rapport à une langue déjà emphatique et prétentieuse, de dramatiser le propos, de « faire spécialiste » et de faire sérieux.

09/03/2020

Les mots du corona I

Chaque événement, chaque découverte, chaque mode, chaque nouveauté en bref, nous apporte son lot de néologismes (ce qui est bien normal) et de franglicismes (ce qui est la plupart du temps injustifié et nuisible à la clarté des choses).

L’épidémie de coronavirus n’échappe pas à la règle…

Pourquoi donc l’excellent Directeur général de la santé, M. Jérôme Salomon, s’obstine-t-il à parler, lors de chacune de ses interventions télévisées, de cluster pour désigner les groupes de personnes atteintes dans une région par le virus ? Mystère ! On connaissait le mot cluster en informatique, c’était déjà pénible mais c’était « confiné » (!) aux échanges entre spécialistes des serveurs et des réseaux. Pourquoi diable l’importer dans le domaine de la santé et de la vulgarisation médicale qui plus est ?

C’est tellement saugrenu et peu compréhensible que les journalistes eux-mêmes, qui ont pourtant un tropisme avéré pour le franglais – et même un brevet supérieur de franglais pour certains d’entre eux – le traduisent systématiquement par « foyer », terme explicite et imagé, facile à comprendre !

Mais il n’y a pas que les mauvaises nouvelles habituelles (sur le front de la langue). Le même Directeur général fait référence, pour ses statistiques de suivi de l’épidémie, à l’organisme « Santé publique France », dont l’intitulé obéit – pour une fois, c’est plutôt rare – aux règles de la syntaxe française : le déterminé d’abord, le déterminant ensuite. Cela nous change de l'insupportable France Télécom (à l’époque, ils auraient dû choisir Télécom France ou alors, tout honte bue, French Telecom ; les Allemands avaient été moins ignorants avec leur Deutsche Telekom !).